Le fonds de solidarité Covid-19 d’ENERGIA aide Awa à réaliser son rêve d’expansion

Mai 17, 2021

Les six derniers mois ont été marqués par l’incertitude pour Awa Sene. Lorsque l’état d’urgence a été levé au Sénégal et que la vie est revenue à un semblant de normalité à l’automne dernier, elle était toujours confrontée à des défis opérationnels et financiers.

Awa avait commencé comme épicière dans son village natal, puis s’était diversifiée dans une activité beaucoup plus rentable de “commerce du froid”, consistant à vendre des produits alimentaires réfrigérés et congelés, tels que des jus de fruits naturels et des produits laitiers, stockés dans un congélateur fonctionnant à l’énergie solaire. Cependant, les restrictions imposées au début de la pandémie ont entraîné une forte baisse des ventes. Dans le même temps, le régulateur de son congélateur s’est mis à dysfonctionner, ce qui a encore réduit ses revenus. Cette combinaison de revers a mis Awa dans une situation financière délicate : elle ne disposait pas assez d’argent dans son fonds d’urgence pour les réparations et l’entretien de ses congélateurs et n’avait d’autre choix que de mettre son commerce de froid en veilleuse, seules les ventes de produits moins périssables par le biais de son épicerie permettaient à Awa et à sa famille de se maintenir à flot.

En mars 2021, les choses ont commencé à changer. Awa a réussi à économiser suffisamment d’argent pour remplacer le régulateur et réparer son congélateur. De retour dans le secteur des aliments surgelés, le chiffre d’affaires d’Awa est rapidement remonté à une moyenne de 280 dollars par mois. Face à la forte demande de produits froids et surgelés, Awa, seule commerçante de froid de son village et des environs, a discuté avec Dominique Thiaw, son mentor à Energy 4 Impact sur la possibilité d’investir dans un deuxième congélateur à énergie solaire.

Awa était déterminée à étendre son marché. Ils ont ensemble examiné la taille du marché, tant en termes de volume que de valeur. En analysant les différents groupes de clients et leurs habitudes d’achat, ils ont établi des prévisions de ventes pour les douze prochains mois, soit une moyenne de 500 dollars par mois. Ils ont ensuite pondéré ces prévisions de bénéfices par rapport à d’autres facteurs, tels que le coût d’un deuxième congélateur, les coûts d’entretien et de réparation permanents des deux unités et l’incertitude de l’économie pendant la pandémie.

À partir de l’analyse des bénéfices et du potentiel d’expansion de son entreprise, Awa et son mentor ont conclu que le moment était venu d’augmenter sa production de jus de fruits et d’atteindre de nouveaux marchés inexploités dans les zones environnantes. D’après les projections, Awa serait en mesure de récupérer son investissement en 10 mois.

C’est pourquoi, en avril 2021, Energy 4 Impact a aidé Awa à trouver un congélateur d’occasion de bonne qualité qui se vendait à un prix très réduit en raison de ses batteries usées. Après avoir négocié un accord de crédit partiel avec le fournisseur, Awa a versé une avance de 921 dollars sur le coût total du congélateur (1 574 dollars), les 653 dollars restants devant être payés en 6 mensualités.

En outre, Awa a reçu une injection de fonds du fonds de solidarité Covid-19 d’ENERGIA qui a subventionné 50 % (soit 460 $) du coût d’un jeu de deux nouvelles batteries. “Ce don est une bouée de sauvetage pour les entrepreneurs comme moi qui ont fini par se heurter à un mur malgré tous leurs efforts” déclare Awa.

Fournir de bons conseils techniques aux entrepreneurs qui investissent dans les nouvelles technologies est crucial pour le succès de leur entreprise. Papa Magatte Ly affirme : “Malgré les pannes techniques et les pannes de batterie que les entrepreneurs comme Awa rencontrent parfois, les congélateurs solaires restent un outil viable pour générer un revenu stable dans les zones rurales hors réseau. Nous avons constaté que ces problèmes pouvaient souvent être évités ou minimisés si les entrepreneurs respectent les procédures d’utilisation et de maintenance de l’équipement (par exemple en évitant de charger les congélateurs au-delà de leur capacité), ou si les composants (batteries et régulateurs) sont correctement dimensionnés par le fournisseur, en fonction de l’utilisation que l’entrepreneur fait de l’appareil.”

En outre, si les entrepôts frigorifiques alimentés par des énergies renouvelables peuvent offrir de nouvelles possibilités de revenus aux habitants des zones rurales hors réseau, il est également impératif d’adapter ces technologies au cas d’utilisation de chaque entreprise. Les technologies de réfrigération solaire n’en sont qu’à leurs débuts et ne peuvent donc pas encore concurrencer les congélateurs à courant alternatif alimentés par le secteur en termes de performances et d’efficacité pour certaines utilisations, comme la production de glace.

Papa Magatte Ly explique : “Les modèles solaires disponibles ne sont pas adaptés à la seule production de glace car leur capacité de congélation est limitée dans un climat chaud, nécessitant jusqu’à trois jours pour congeler un maximum de quatorze sachets de glace. C’est pourquoi nous recommandons les congélateurs solaires aux entrepreneurs qui souhaitent les utiliser pour stocker du jus ou des produits frais pouvant être vendus à des prix plus élevés. Nous avons également commencé à expérimenter l’utilisation de congélateurs conventionnels à courant alternatif, alimentés par des systèmes photovoltaïques, qui, selon nous, pourraient mieux répondre aux divers besoins de nos entrepreneurs et s’avérer une alternative valable aux congélateurs solaires.”

Avec deux congélateurs à énergie solaire en parfait état de marche, Awa sert jusqu’à 360 clients par jour et peut désormais répondre à la demande locale de jus et de produits laitiers de haute qualité. Elle a aussi récemment fait appel aux services d’un voisin pour l’aider à la fois dans la production et la vente.

“Ma stratégie de diversification commerciale porte enfin ses fruits”, déclare Awa, “car je suis en mesure de répondre à la demande de ma communauté en produits alimentaires frais ou surgelés, ainsi qu’en produits d’épicerie. Cette expérience m’a permis de tirer deux leçons importantes. Premièrement, ne jamais surcharger le congélateur au point de l’endommager, même si c’est tentant pour rendre tous mes clients heureux ; et deuxièmement, résister à l’appel de réinvestir tout ce que je gagne dans mes affaires et toujours mettre de côté une somme d’argent suffisante pour l’entretien et les réparations.”

Awa est impatiente de voir ce que l’avenir réserve à son entreprise. Je suis maintenant là où je voulais être il y a un an, avant que la pandémie ne fasse dérailler mes plans d’expansion. J’ai hâte de réaliser enfin le potentiel de mon entreprise.