De l’argent pour le bioslurry : comment améliorer la viabilité commerciale du programme national de biodigesteurs du Bénin ?

Août 1, 2021

Oroua Saadou et son frère Sisi sont des agriculteurs de Gbakayèrè, une zone rurale isolée au nord-est du Bénin, à 325 miles de la capitale Port Novo. Avec leurs 6 épouses et 17 enfants, ils cultivent du maïs, du sorgho, du riz et du coton sur leurs 10 hectares de terre. Ils élèvent également des vaches qu’ils vendent comme bétail.

La famille d’Oroua a récemment installé un biodigesteur sur leur ferme : un réservoir étanche dans lequel les matières organiques mélangées à l’eau sont “digérées” par l’action anaérobie des microbes pour produire du biogaz pour la cuisine et l’éclairage.

« Les femmes de notre maison sont responsables de la cuisson des aliments et se donnent beaucoup de mal, chaque jour, pour ramasser du bois de chauffage, qui est de plus en plus difficile à trouver. Elles passent également toute la journée à préparer les repas sur des feux ouverts. En conséquence, leurs yeux sont rouges et leurs poumons sont toujours encombrés », dit Oroua.

La plupart des habitants des zones rurales du Bénin, soit environ 80 % de la population, sont confrontés à des problèmes similaires à ceux d’Oroua, car ils dépendent du bois de chauffage pour cuisiner. Les réserves de bois et la précieuse biodiversité du pays sont menacées par la réduction des zones forestières d’environ 210 000 hectares chaque année pour le combustible et l’agriculture. Les communautés agricoles sont également de plus en plus touchées par les sécheresses et les inondations liées au changement climatique, qui perturbent les cycles de croissance et les rendements.

En novembre 2020, grâce à un financement de la Swedish Postcode Lottery Foundation (SPLF), Energy 4 Impact s’est associé à l’organisation néerlandaise de développement SNV et à l’ONG béninoise ALAFIA, pour soutenir le développement du secteur des biodigesteurs à travers un projet, conçu pour piloter un modèle basé sur le marché qui peut améliorer la viabilité économique du programme national de biodigesteurs du Bénin.

En tant que pays à prédominance agricole, avec des déchets agricoles largement inutilisés, le potentiel de marché pour le développement des biodigesteurs au Bénin est élevé. Dans son projet de programme national de biodigesteurs, le gouvernement béninois estime qu’un minimum de 150 000 systèmes pourraient être installés dans le pays.

Le gouvernement reconnaît le potentiel du biogaz domestique pour résoudre le problème actuel de la déforestation et réduire la pauvreté énergétique en milieu rural. Il s’est donc engagé à faire passer l’adoption de solutions de cuisson propres de 15 % en 2015 à 30 % d’ici 2030. Toutefois, il a estimé que 13 millions d’euros seront nécessaires pour développer la première phase de son programme national de biodigesteurs.

L’approche actuelle du gouvernement repose sur de fortes subventions, représentant 40 % du coût d’investissement, estimé à 850 euros par biodigesteur (y compris les frais de construction et de service après-vente). Pour le gouvernement, les inquiétudes concernant la viabilité économique de la technologie rendent plus difficile la levée de fonds auprès de donateurs externes pour soutenir cette mise en œuvre.

Le projet piloté par Energy 4 Impact, intitulé “Piloter le biogaz au Bénin en vue d’une mise à l’échelle nationale“, entend démontrer que le marché du biodigesteur peut être étendu s’il est stimulé par les opportunités économiques offertes par le bioslurry, un sous-produit du processus de biodigestion qui peut être transformé en compost organique.

“Bien que le programme national de biodigesteur ait été conçu en 2012, il n’a pas décollé car l’approche de subvention du gouvernement nécessite des ressources financières qu’il ne possède pas actuellement”, explique Anick Kemonoudavo, responsable pays d’Energy 4 Impact.

En nous concentrant sur le développement du marché du compost, notre intention est d’améliorer la viabilité commerciale des digesteurs et de réduire la nécessité d’une subvention gouvernementale, ce qui permettra au gouvernement de promouvoir plus facilement un programme plus efficace et plus durable auprès des donateurs.

La monétisation du bioslurry peut avoir un impact considérable sur l’accessibilité financière de la technologie, qui ne nécessitera finalement que des subventions minimales : ce qui la rendra économiquement viable. Si le projet pilote donne les résultats escomptés, il servira de tremplin à la stratégie de collecte de fonds du programme national de biodigesteurs du gouvernement en montrant que ce modèle peut être reproduit à grande échelle.

En attendant, Oroua et sa grande famille sont parmi les premiers agriculteurs à faire l’expérience directe des avantages de leur biodigesteur nouvellement installé. Depuis sa construction fin mars 2021, les plaques de gaz sont allumées 10 heures par jour pour préparer les repas et chauffer l’eau pour le bain des enfants.

Baké, l’une des épouses d’Oroua, raconte : « Lorsque notre mari nous a dit que nous allions installer quelque chose qui utilise de la bouse de vache pour produire du gaz afin que nous puissions cuisiner, nous avons toutes ri. Mais ensuite nous avons dit que si une telle chose existe, nous nous engageons à la charger de bouse et à l’utiliser tous les jours pour cuisiner, en oubliant le feu! »

Un jour, raconte Baké, les maçons sont arrivés à la ferme des Saadou, apportant du sable, du fer et des tuyaux. Oroua et son jeune frère ont creusé un grand trou et les femmes ont puisé de l’eau pour faire des briques et ramassé du fumier frais. Une fois le biodigesteur construit, il a été chargé de fumier et d’eau. Trois jours plus tard, un plombier a installé la cuisinière à gaz et la lampe dans la cuisine, puis on a demandé à Baké d’essayer la nouvelle cuisinière. Elle a mis l’eau à chauffer et 10 minutes plus tard, elle était en train de bouillir ! Les femmes ont toutes préparé un plat à tour de rôle ce jour-là. “C’est ainsi que nous avons pris goût à la cuisine au biogaz”, dit Baké, “et nous ne sommes jamais revenus à l’utilisation du bois”.

« Ce que j’apprécie personnellement dans le biogaz, c’est que les repas cuisent très vite, que mes ustensiles sont toujours propres et qu’il n’y a aucun risque de tomber malade car il n’y a pas de fumée. Comme je n’ai plus besoin d’aller chercher du bois, j’ai le temps de me concentrer sur d’autres activités comme la traite des vaches, la fabrication de fromage et sa vente au marché de Kassakou », poursuit Baké.

Les femmes sont encore plus enthousiastes à l’idée de générer des revenus supplémentaires à partir de la vente du lisier biologique, une opération commerciale qu’elles superviseront. On estime que chaque ménage d’agriculteurs pourrait produire jusqu’à 20 tonnes de purin biologique par an, en utilisant une partie pour ses propres cultures et en vendant le reste pour générer un chiffre d’affaires de 500 à 900 euros par an. En outre, l’accès facile aux bio-fertilisants devrait entraîner une augmentation d’au moins 20 % du rendement et des revenus supplémentaires pour les agriculteurs.

Le modèle économique du projet pilote est assez simple : une subvention initiale de la SPLF finance 80 % du coût des biodigesteurs (environ 850 euros par unité), tandis que les agriculteurs couvrent les 20 % restants, principalement par des contributions en nature (main-d’œuvre et matériaux). Biophyto, une société basée au Bénin qui produit des intrants agricoles biologiques, gérera l’unité de traitement du compost comme une opération commerciale : elle achètera le bioslurry aux agriculteurs et vendra le compost organique obtenu aux agriculteurs intéressés, générant ainsi un revenu qui pourrait financer l’installation de plus de biodigesteurs.

En collaboration avec 120 petits agriculteurs du Borgou et de l’Alibori, dans le nord du Bénin, Energy 4 Impact et son partenaire SNV suivront de près les coûts et les revenus au niveau des exploitations et de l’unité de traitement, tout en aidant à la commercialisation et à la vente du compost organique.

Energy 4 Impact envisage maintenant de développer un mécanisme financier basé sur la valeur du compost, par lequel les entreprises qui vendent le compost, dans une future phase d’expansion, pourraient préfinancer la construction de nouveaux biodigesteurs pour les agriculteurs, réduisant ainsi le montant des subventions que le gouvernement devrait payer autrement.

En s’appuyant sur les données et les leçons recueillies au cours de ce projet pilote, Energy 4 Impact sera en mesure de conseiller le gouvernement du Bénin sur la meilleure façon de modifier sa stratégie pour le programme national de biodigesteurs, fortement subventionné. Il facilitera l’adoption d’une approche basée sur le marché qui offre des technologies de biodigesteur meilleures et améliorées, des chaînes d’approvisionnement plus développées, des politiques plus favorables à l’investissement dans le secteur et des conditions plus favorables à l’accès au financement pour les petits exploitants agricoles et les entreprises.

La mise en place d’un programme de biodigesteurs aussi bien développé pourrait non seulement avoir un impact transformateur sur les moyens de subsistance des agriculteurs et des femmes, mais aussi contribuer à atténuer le changement climatique en préservant la biodiversité des écosystèmes au Bénin.