L’expansion de l’entreprise d’Awa freinée par Covid-19

Déc 21, 2021

Awa Sène était folle de joie lorsqu’elle a pris livraison de son deuxième congélateur solaire en avril 2021, une décision qu’elle avait prise après avoir discuté de ses plans d’expansion avec Dominique Thiaw, Regional Business Mentor chez Energy 4 Impact. Elle a immédiatement entrepris d’élargir sa clientèle aux villages environnants. Après une période difficile au cours de laquelle son entreprise a dû faire face à des restrictions de mouvement et à des appareils défectueux, les trois mois suivants ont vu Awa générer une moyenne de 280-290 dollars par mois grâce à la vente de ses jus et de ses produits surgelés. C’est moins que ce qu’elle avait prévu à l’origine, mais compte tenu des circonstances, elle est heureuse d’être à nouveau opérationnelle.

À l’approche de la fête de la Tabaski (Eid El Kebir ou fête du sacrifice) en juillet, Awa a décidé d’investir une grande partie de ses gains (237 700 francs sénégalais / 400 dollars) dans une cargaison de mouton qu’elle revendra à profit pendant les festivités. Pendant la Tabaski, les familles musulmanes se réunissent pour cuisiner de délicieux repas à base de viande en quantité abondante : selon la tradition, chaque famille ne met de côté qu’un tiers de la nourriture qu’elle prépare pour se nourrir, tandis qu’un tiers est donné aux amis et aux parents et l’autre tiers aux pauvres et aux nécessiteux. Le plan d’Awa, ou “opération Tabaski”, comme elle l’a surnommé, s’est avéré judicieux, générant un bon rendement qui a permis à Awa de renflouer ses coffres.

Malheureusement pour Awa, la fin de la Tabaski coïncide avec le début d’une période difficile. Toute sa famille a contracté le Covid-19 et a été mise en isolement pendant quelques semaines pour éviter de contaminer d’autres personnes. La mère d’Awa est tombée très malade, et son état s’est aggravé malgré tous les soins et les traitements coûteux qu’elle a reçus. Malheureusement, sa mère est décédée, laissant Awa et sa famille sans ressources.

La période de maladie et d’isolement ayant fait chuter ses revenus de 68 % en un mois, Awa a stoïquement repris son activité professionnelle. Cependant, elle a été choquée de constater que les clients continuaient à garder leurs distances par méfiance. La peur de la contagion avait atteint son paroxysme dans le village et la plupart de ses clients ont décidé de ne plus acheter de jus et de marchandises dans la boutique d’Awa.

D’août à septembre, ses revenus ont encore diminué. Heureusement, elle pouvait compter sur l’argent de la vente de la viande et sur l’aide de son mari et de ses frères pour traverser cette période difficile.

Déterminée à aller de l’avant, Awa a demandé l’aide de son mentor Energy 4 Impact pour renégocier avec le fournisseur le calendrier de remboursement du crédit pour le deuxième congélateur. Le fournisseur s’est montré très compréhensif, compte tenu de sa situation familiale, et a accordé à Awa un délai supplémentaire de 6 mois.

En octobre, revenue en pleine santé et convaincue que la méfiance des villageois s’était dissipée, Awa a repris la vente de jus et de sucettes glacées dans son épicerie. Les enfants du quartier ont été ravis et la réouverture des écoles a attiré d’anciens et de nouveaux clients dans son magasin.

Awa est maintenant plus optimiste.

Cette période a été très sombre pour moi, tant sur le plan personnel que professionnel. Mais en tant que femme entrepreneur habituée à rencontrer des difficultés, je comprends que les obstacles sur le chemin doivent être affrontés et surmontés.